Lire l’article précédent sur Social Street

Un Moment de Répit

Après le Déjeuner, nous avons eu droit à une après midi de temps libre afin de pouvoir visiter Berlin. Chacun d’entre nous a ainsi pu apprécier les lieux touristiques mélangeant histoire et modernité en explorant des monuments comme la Porte de Brandeburg, le Mur de Berlin ou encore le Reichstag. Le temps passé ensemble a encore davantage resserré nos liens relationnels.

Après avoir pu jouer un peu de guitare à la réception de l’Auberge et dégusté un imposant dîner libanais, nous nous sommes dirigés vers un club où l’un de nos participants, nommé Rob, nous proposait un concert. Rob est un rappeur allemand, qui présente un message profond toujours entouré d’un grand sens de l’humour, d’autodérision, d’ironie et de sarcasme. Il contribue lui aussi au travail fabuleux de la StreetUniverCity et il enseigne aux enfants comment gérer le rap game. Il n’est pas seulement brillant et chaleureux, mais il est aussi un artiste talentueux. Et je dois aussi admettre que nous nous sommes beaucoup amusés durant son concert. Rob a fait danser et chanter l’intégralité de son public. Les gens devenaient littéralement fous, c’était le meilleur, la star du jour (ou de la nuit en l’occurrence).

Toujours plus de Créativité

Le quatrième jour de formation débuta avec une activité durant laquelle il nous était demandé de réfléchir aux avantages des différentes formes d’éducation non formelle et de faire une présentation afin de promouvoir chaque méthode. Certains participants ont surpris le reste du groupe avec leur sens de l’humour comme Rob et Geri, participante bulgare, en rappant leur présentation ou moi dans le rôle d’une mère de famille et Dari dans le rôle d’Hillary Clinton.

Puis nous avons réfléchis lors d’un brainstorm aux besoin des groupes socialement exclus et avons défini un public cible pour chacun de nos associations, en détaillant l’histoire sociale commune de ce public cible, les valeurs, les défis afin de pouvoir développer par la suite des projets réellement inclusifs qui répondent à leurs besoins.

Après le déjeuner, nous avons participé à encore davantage d’activités créatives, qui ont requises des idées spécifiques de jeux permettant à un public mineur de découvrir les ressorts de l’exclusion sociale, encourager l’unité, mettre en avant toutes les valeurs pertinentes comme la solidarité et l’équité. Ainsi de nombreux concepts différents sont apparus, certains approuvés par les participants, d’autres rejetés car car inefficaces à souligner la sensation d’exclusion sociale. Cet atelier unique a fait appel à notre sens aiguisé de l’imagination et une mise en pratique de nos connaissances.

Notre quatrième dîner du projet était différent, car il avait lieu à l’auberge et aussi car nous l’avons préparé. En effet, c’était la soirée internationale, pendant laquelle nous avons eu la chance de goûter des produits traditionnels bulgares, des pâtes italiennes, des sucreries irlandaises et du vin et fromage français. De plus, nous avons passé un incroyable moment à discuter de nos différences culturelles, écouter des chansons nationales et danser sur des rythmes folkloriques. Cette nuit était accompagné par une atmosphère relaxante et plaisante; ainsi nous sommes restés quelques heures dans la cafétéria.

Quand c’est Fini, c’est pas Fini !

Le dernier jour avait pour visée de résoudre les questions logistiques et mener un processus évaluatoire. Nous avons formé un ensemble de points de vue et de commentaires sur le projet.

Sans le moindre doute possible, nous avons appris beaucoup durant cette formation and pris très à bras-le-corps les questions sociales soulevées durant les ateliers. C’était magnifique à quel point 7 jours de projets ont pu nous impacter et changer notre vision du Monde et de la société. Nous nous sommes sentis inspirés de nous engager au sein de nos communautés respectives afin de faire de ce Monde un endroit meilleur pour tous. Chacun de nous avait des objectifs et des rêves différents dans la vie, mais c’est réellement notre désire de bienveillance, de justice et d’équité qui ont créé l’unité au sein du groupe…Chanceux que nous sommes, le projet aura une seconde partie en février et mars à Milan, Italie avec un échange de jeunes dédié aux 15-18 ans !

Article d’Iwona Fillimowska, traduit de l’anglais par Youri Bergoug

– Vidéo du Projet à Berlin –