Lire l’article précédent sur Social Street

Après une début intense, la suite présageait encore davantage d’émerveillement ! Le jour suivant débuta avec une chasse aux trésors dans la ville. Chacun de nous avait un handicap différent, par exemple, un participant ne pouvait pas parler anglais, d’autres étaient attachés ensemble au niveau d’une jambe. L’objectif était simple: communiquer avec les personnes rencontrées dans la rue et par exemple, l’une des tâches était de trouver la route vers la place centrale de Berlin, aussi appelée Alexanderplatz. L’objectif caché était de sensibiliser sur les personnes ayant moins d’opportunités que les autres, reflétant parfaitement le phénomène d’exclusion. En ayant vécu cette aventure, il était ensuite possible de parler d’expérience de se retrouver dans le rôle d’une personne ayant moins d’opportunités et théoriser tout ça. Cette activité s’est montré être une belle leçon pour tous ceux qui n’avaient jamais pensé à toutes les difficultés dans la vie que les personnes désavantagées peuvent rencontrer comparer avec les autres.

Les Origines

Après le déjeuner, il était temps d’écouter la présentation préparée par Giovanni di Sera concernant la StreetUniverCity de Berlin. Prenant tout son temps et décrivant son activité en détail, nous avons pu voir transparaître son courage et sa détermination, notamment lorsqu’il nous a fait le récit de son exil de Naples, sans perspective et sans connaissance de l’allemand. Conduit par son rêve de devenir un artiste reconnu et faire quelque chose de bon pour la société, il a mis le cap vers l’Allemagne. Après une longue série d’aventures and de nouvelles amitiés, il a commencé à vivre de sa passion artistique. Son charisme et talent lui ont aussi permis d’organiser de nombreux événements et concerts rassemblement de nombreuses personnes. “Rester ici est mon droit” était le slogan le plus commun des projets de Giovanni. A vrai dire tout a commencé avec l’initiative de lever des fonds pour aider la famille d’un jeune garçon turc tué par des neo-nazis. Rapidement, Giovanni a compris que la vie lui avait confié une nouvelle mission: détourner les jeunes de leurs mauvaises habitudes et de la toxicité de leur environnement. Partant de ce constat, il mit en place la fondation StreetUniverCity, une école sociale, qui donne accès à des cours professionnels et à l’obtention de certificats. L’institution vise notamment les enfants ayant des problèmes familiaux et passant leur temps libres, influencés par leur mauvais comportement, à causer des problèmes à la communauté. Giovanni a fondé la StreetUniverCity afin qu’ils puissent libérer leurs émotions et en faire quelque chose de bon. bâtir plutôt que détruire. Ainsi il leur a enseigné comment utiliser leur potentiel et comment faire émerger ses talents. Les jeunes ont ainsi pu s’expérimenter à la musique, danse, théâtre, peinture et chant. Des jeunes, qui semblaient perdus, ont ainsi pu reprendre en main leur vie.

Un Exemple pour Tous

Le plus beau dans tout ça, c’est qu’il a tout mis en place seul. Débutant de zéro dans un pays étranger et devenant un empereur du bonheur en Allemagne.
Son histoire incroyable m’a beaucoup inspiré. Et vraisemblablement, je n’étais pas la seule à avoir senti des ailes pousser dans mon dos ainsi que la détermination de me battre pour ce en quoi je crois et l’espoir de toujours croire dans le bon coeur des gens. Lors de ce témoignage, la phrase me venant à l’esprit est “n’abandonne jamais”.
En fin d’après midi, nous avons brièvement eu l’opportunité de présenter nos associations respectives partenaires du projet avant d’aller prendre notre dîner dans un incroyable restaurant Brésilien .

Les Politiques Jeunesse de l’UE

Le jour suivant débuta avec un atelier sur le thème de la Franchise Sociale, Nous avons pu discuter des différentes façons de répandre des méthodes sociales innovantes et efficaces en prenant l’exemple de la StreetUniverCity de Berlin. Nous avons débattu de la mis en place d’initiatives similaires sur le plan national et international. Si c’est possible à Berlin, pourquoi cette idée serait impossible ailleurs ?
Subséquemment, nous avons eu droit à une session sur la politique éducative de l’UE, durant laquelle notre partenaire italien nous a présenté toutes les actions du programme Erasmus+, comme le Service Volontaire Européen, les Échanges de Jeunes. J’ai trouvé cette présentation très bénéfique pour le groupe, d’ailleurs, certains participants ont pu partager leur expérience inoubliable liée à l’aventure Erasmus+, nous encourageant à l’avenir à prendre avantage de ces opportunités.

 

Article d’Iwona Fillimowska, traduit de l’anglais par Youri Bergoug

Lire la suite sur Social Street

– Vidéo du Projet à Berlin –