Les dirigeants américains ont compris que la forme physique était vitale pour ses citoyens dès 1956, lorsque le président Eisenhower a créé le “President’s Council on Youth Fitness”, rebaptisé au début des années 1960 par le président Kennedy “President’s Council on Physical Fitness” pour inclure les personnes de tous âges.

Chaque activité physique a une importance pour accomplir votre objectif d’être en meilleure forme. Le temps que nous consacrons à faire bouger notre corps nous récompensera d’un bonheur décuplé par un surcroît d’énergie, de productivité et de santé dont nous profiterons toute notre vie.

Les termes activité physique, exercice et sport sont souvent utilisés de manière interchangeable. Ils sont pourtant différents à certains égards. 

L’activité physique peut être définie comme toute activité qui implique une certaine forme d’effort physique et des mouvements volontaires qui brûlent des calories. Une telle activité oblige le corps d’une personne à travailler plus que la normale. Les exemples d’activité physique vont du jardinage à la danse, en passant par la promenade du chien, le pelletage de la neige et le ratissage des feuilles. 

L’exercice physique implique également un effort physique, des mouvements volontaires et la combustion de calories. Cette forme d’activité physique est toutefois spécifiquement planifiée, structurée et répétitive. Elle n’implique généralement pas de compétition. Le jogging, le ski de fond, la natation récréative, le cyclisme et l’aérobic sont des exemples d’exercices. 

Les sports impliquent également une activité physique et un exercice, mais diffèrent en ce qu’ils ont un ensemble de règles ou d’objectifs pour s’entraîner et exceller dans des compétences athlétiques spécifiques. Certains sont des sports individuels, comme le golf et la natation. D’autres sont pratiqués en équipe – par exemple, le football et le hockey. Les sports sont souvent, mais pas toujours, compétitifs.

Quand devez-vous faire de l’exercice ?

Le moment de votre séance d’entraînement est crucial pour le sommeil. Il a été démontré que les séances d’aérobic effectuées tôt le matin améliorent davantage la qualité du sommeil que les mêmes séances effectuées l’après-midi ou le soir. Le fait de faire de l’exercice le matin a également été associé à un temps plus long de sommeil à ondes lentes. Une promenade de 10 minutes ou plus dans la journée peut également améliorer votre sommeil le soir même.
Une bonne règle de base est d’éviter tout exercice physique intense dans les trois heures précédant votre heure de coucher. L’exercice en fin de journée peut augmenter la température du corps, ce qui peut avoir un impact sur le début du sommeil et sur la qualité du sommeil. Certaines études ont même conclu que les séances d’entraînement de haute intensité à moins d’une heure du coucher peuvent avoir un effet négatif sur la durée et l’efficacité du sommeil.
Le yoga et d’autres exercices d’étirement peuvent être des exercices plus adaptés au soir, car ils favorisent les sentiments de relaxation et peuvent améliorer la qualité du sommeil. Vous pouvez également atténuer les tensions physiques avant de vous coucher en pratiquant la relaxation musculaire progressive, la méditation et d’autres techniques de relaxation.

L’amélioration de l’estime de soi est l’un des principaux avantages psychologiques d’une activité physique régulière. Lorsque vous faites de l’exercice, votre corps libère des substances chimiques appelées endorphines. Ces endorphines interagissent avec les récepteurs de votre cerveau qui réduisent votre perception de la douleur.
Les endorphines déclenchent également une sensation positive dans le corps, similaire à celle de la morphine. Par exemple, la sensation qui suit une course ou une séance d’entraînement est souvent décrite comme “euphorique”. Cette sensation, connue sous le nom de “runner’s high”, peut s’accompagner d’une vision positive et énergisante de la vie.
Les endorphines agissent comme des analgésiques, ce qui signifie qu’elles diminuent la perception de la douleur. Elles agissent également comme des sédatifs. Elles sont fabriquées dans votre cerveau, votre moelle épinière et de nombreuses autres parties de votre corps et sont libérées en réponse à des substances chimiques du cerveau appelées neurotransmetteurs. Les récepteurs neuronaux auxquels les endorphines se lient sont les mêmes que ceux auxquels se lient certains analgésiques. Toutefois, contrairement à la morphine, l’activation de ces récepteurs par les endorphines de l’organisme n’entraîne pas d’accoutumance ni de dépendance.

Alcool et fitness

L’alcool et la forme physique ont une relation souvent opposée. La consommation d’alcool diminue la forme physique générale et entrave la capacité d’un individu à atteindre ses objectifs de remise en forme. Cependant, l’amélioration de la condition physique par diverses méthodes telles que l’exercice physique et une alimentation plus saine est l’un des moyens les plus efficaces de lutter contre l’alcoolisme et de contrecarrer les nombreux effets négatifs qu’il entraîne sur la santé.

La consommation régulière d’alcool peut avoir un effet négatif sur vos performances en salle de sport, lors de la pratique d’un sport et dans la vie de tous les jours. L’alcool est un sédatif qui ralentit le fonctionnement. Il affaiblit la coordination œil-main, altère le jugement et ralentit le temps de réaction. Lorsque vous êtes actif, peu importe ce que vous faites, toutes ces fonctions sont impératives pour suivre le rythme et être efficacement conscient de votre environnement. La pratique de n’importe quel sport exige une attention de premier ordre en raison du rythme rapide et du temps de réaction indispensable pour gagner. L’alcool altère votre capacité à réaliser vos meilleures performances, vous faisant perdre le match ou mettant fin prématurément à votre entraînement.

Une consommation modérée d’alcool peut présenter certains avantages pour la santé, notamment réduire votre risque de développer et de mourir d’une maladie cardiaque, Réduire éventuellement votre risque d’accident vasculaire cérébral ischémique (lorsque les artères de votre cerveau se rétrécissent ou se bloquent, entraînant une réduction importante de la circulation sanguine), réduire éventuellement votre risque de diabète. Cependant, une alimentation saine et une activité physique ont des effets bénéfiques bien plus importants sur la santé et ont fait l’objet d’études plus approfondies. N’oubliez pas que même une consommation modérée d’alcool n’est pas sans risque. Par exemple, même les buveurs légers (ceux qui ne boivent pas plus d’un verre par jour) présentent un risque accru, minime mais réel, de certains cancers, comme le cancer de l’œsophage. Et boire et conduire n’est jamais une bonne idée.

Bien que la consommation modérée d’alcool présente certains avantages pour la santé, il est important de noter qu’elle peut également être nocive, car l’alcool peut modifier les habitudes de sommeil, obscurcir le jugement et interagir négativement avec les médicaments. Il faut également garder à l’esprit que les effets positifs de l’alcool ne l’emportent pas sur les risques qui y sont associés. La consommation d’alcool peut contribuer à la prise de poids. L’alcool contient 7 calories par gramme, ce qui est supérieur aux glucides et aux protéines, qui ne contiennent que 4 calories par gramme. Outre sa teneur calorique élevée, les recherches montrent que l’alcool stimule l’appétit et augmente la sensation de faim.

0 commentaires

Soumettre un commentaire