L’école reste la voie d’apprentissage privilégiée pour nombre d’entre nous. Pourtant, elle connaît aussi ses récalcitrants et le phénomène de décrochage scolaire prend de l’ampleur. Nous y sommes tous confrontés dans nos pays respectifs, au delà des différences culturelles et des systèmes d’éducation. Aujourd’hui plus que jamais, la concurrence des nouvelles technologies rend les apprentissages et l’école moins attractifs. Devant ce constat,l’association hongroise Firka a organisé un projet Erasmus+ réunissant 25 jeunes de 9 nationalités européennes à Alsotold en Hongrie autour de cette problématique.

 

 

La dimension interactive de cette formation, basée sur des ateliers encourageant les échanges, s’est concentrée sur deux aspects: les raisons qui amènent au décrochage scolaire d’une part, et les solutions innovantes qui peuvent être mises en oeuvre d’autre part.

 

 

Ainsi, nous avons été amenés à débattre sur les différentes raisons qui peuvent mener au décrochage scolaire. Si tout le monde n’était pas d’accord sur l’importance à  accorder à la catégorie sociale et au milieu familial, personne n’avait néanmoins misé sur le manque de motivation comme étant la cause majeur du décrochage. Nous avons également été invités à partager nos expériences personnelles en lien avec cette question, au travers de supports vidéos.  

La notion de développement personnel fut notamment au coeur de ce projet. Car n’est-il pas essentiel de comprendre d’où l’on vient pour savoir où l’on va? Et de prendre conscience de ses forces pour mieux atténuer ses faiblesses ? Les différents ateliers qui nous ont été proposés seront autant d’outils à mettre en oeuvre auprès de jeunes concernés. Ainsi, nous avons par exemple eu l’opportunité de discerner ce qui nous anime réellement à travers l’Ikigai, un concept japonais.

D’autres ateliers portaient davantage sur la communication avec des outils autour de la notion de feedback et de subjectivité/objectivité. Nous avons également été initiés aux principes du coaching sur comment amener l’autre, par des questions neutres, à apporter ses propres réponses à ses questions existentielles.

Forte de cette expérience interculturelle, je repars avec une meilleure compréhension des différentes dimensions du décrochage scolaire, de ses enjeux et la façon dont nous avons un rôle à jouer auprès des jeunes pour le prévenir.

Témoignage d’Astrid Chappot