OFCI-Cultures-Europennes-Mobile-Banner

L’une des choses que l’OFCI considère comme importante est que les gens connaissent notre organisation et les projets sur lesquels nous travaillons.
Le mois dernier, nous avons parlé avec nos stagiaires de leur expérience au bureau, mais également de leurs expériences en France, à Roubaix et, bien sûr, de la COVID19.

María (Espagne), Luigi (Italie) et Ivana (Croatie) sont nos protagonistes. Pour les connaître un peu mieux, nos stagiaires se présentent et nous parlent de leurs études qui sont axées sur les relations internationales et le droit.
Allons à leur rencontre !

Comment définissez-vous votre expérience à OFCI en trois mots ?
Ivana commence et définit son expérience à l’OFCI : «divers, stimulant, unique». A ses côtés, Luigi enchérit «dynamique, enrichissant, ouverture d’esprit». María la définit comme «un environnement interculturel, du développement personnel et professionnel, flexibilité et confort».
A l’OFCI, nous nous engageons en faveur de l’apprentissage actif et continu des membres de notre équipe.

Nous apprécions les personnes qui sont très motivés de rejoindre notre petite communauté. D’après vous, quelle était la motivation de nos stagiaires ? Les compétences linguistiques ? La ville d’accueil ? Chacun de nos stagiaires, avec ses propres mots, a expliqué que le fait d’en savoir plus sur le programme Erasmus+ était la principale motivation pour venir à l’OFCI. Ils ont participé aux activités du programme auparavant et ils voulaient faire partie du programme du côté de la création et de la coordination du projet.

Nos stagiaires ont apprécié les différences interculturelles et notamment celle de la culture française. «J’ai ressenti des chocs profonds» affirme Ivana. «Les Français se promènent avec des baguettes, c’est comme dans un film. Les gens ne me croiraient pas si je leur disais, ils penseraient que c’est un stéréotype, mais c’est la vie réelle», poursuit-elle.
Luigi compare le style de vie français à celui de la Belgique : «La France et la Belgique sont très semblables».
Malheureusement, María a perçu la COVID comme un obstacle à son immersion totale dans le style de vie français.

Nous avons tous été affecté dans notre vie quotidienne par la COVID-19. Comment les stagiaires ont-ils vécu les restrictions en France ? «Cela a été un choc pour moi de voir des gens sans masque», raconte María. Elle explique que le couvre-feu lui a inspiré un sentiment de frustration. Luigi regrette qu’avec le COVID, il n’ait pas rencontré plus de gens : colocataires et collègues de travail, de la maison au travail, du travail à la maison. Quand Ivana est arrivée à Lille, le gouvernement français a fermé tous les points sociaux de rencontre (bars et restaurants). Malgré cela, elle ne regrette pas d’être venue en France.

Enfin, elle nous donne quelques recommandations pour partir à l’étranger en stage Erasmus+ à l’OFCI : être motivé, déterminé, proactif, créatif, apprendre à apprendre, contributeur, ouvert à l’apprentissage de nouvelles choses et curieux de découvrir de nouvelles opportunités.

Nous vous invitons à voir l’interview complète et à rencontrer nos stagiaires en visionnant la vidéo ci-dessous:

un article écrit par Maria Arroyo

0 commentaires

Soumettre un commentaire