La semaine dernière, j’ai eu la chance de passer la semaine à Rouen, en Normandie, pour un Erasmus+ Youth Exchange sur le terrorisme. En plus d’une délégation française, provenant pour la plupart de l’OFCI, les participants venaient de Grèce, de Turquie, d’Allemagne et du Royaume-Uni. L’objectif était de discuter et d’analyser le terrorisme qui touchent nos pays, ainsi que de participer à des soirées culturelles afin de partager et de promouvoir nos cultures nationales.

Après notre arrivée le lundi, nous avons participé à des activités brise-glace afin de mieux connaître le groupe. Bien qu’un peu débordés au début, tous les membres du groupe se sont montrés extrêmement accueillants. Mon activité préférée de la journée était “Mission (im)possible” dans laquelle on nous a donné des tâches à accomplir en 90 minutes, y compris la conception d’un logo pour le projet et la prise d’une photo de groupe.

Mardi, pour notre tâche principale, nous avons travaillé par groupes nationaux pour faire une présentation sur le terrorisme dans nos pays respectifs. Cette tâche a été particulièrement intéressante, car nous avons pu parler des nuances du terrorisme dans différents pays européens. Par exemple, nous avons fait la distinction entre les différentes menaces telles que les terroristes sécessionnistes en Turquie et les terroristes d’extrême droite en Grèce, ainsi que la menace djihadiste de Daesh en France, en Allemagne et au Royaume-Uni. Le soir, nous avons organisé une soirée culturelle française, pour laquelle nous avons fait un quiz sur la France et proposé une dégustation de spécialités françaises.

Le lendemain, le mercredi, après l’energizer (jeux de mise en forme) quotidien, nous avons participé à une activité d’étude de cas dans laquelle nous avons travaillé en groupes mixtes pour décider si un scénario était du terrorisme ou non. Les situations hypothétiques comprenaient l’utilisation d’armes nucléaires et des incitations à la violence de la radio rwandaise. Cette tâche était particulièrement utile car elle nous a permis de réfléchir sur la subjectivité du terrorisme. Le soir nous avons pu apprécier de la nourriture, de la musique et de la danse turque.

Jeudi, nous avons eu l’occasion d’explorer Rouen. Malgré la pluie, j’ai été surpris par la beauté du centre-ville médiéval. Nous avons pu visiter la cathédrale Notre Dame de Rouen ainsi que l’église où Jeanne d’Arc a été tuée. L’équipe allemande s’est occupée de la soirée culturelle : des collations et une longue compétition de prononciation de mots.

Nous nous sommes réveillés le vendredi et avons appris la nouvelle du tragique attentat terroriste en Nouvelle-Zélande. Cet attentat terroriste nous a rappelé l’importance de ce dont nous discutions. Nous avons également participé à un jeu de rôle sur l’exclusion sociale et la crise des réfugiés. C’était bénéfique car nous avons pu partager nos expériences. Le soir, les grecs nous ont préparé des plats délicieux et offert de l’ouzo ainsi que des danses traditionnelles.

Samedi, notre dernier jour du projet, nous avons créé un magazine pour résumer notre semaine. Nous avons indiqué nos activités de la semaine ainsi que nos réflexions, et nous avons également utilisé des photos qui ont été prises tout au long de la semaine. J’ai particulièrement apprécié cette activité parce qu’elle nous a permis de faire un rappel permanent des thèmes dont nous avions discuté. La soirée culturelle de l’équipe britannique était centrée sur la diversité de Birmingham et il y eu une compétition de piment. Ensuite, nous sommes retournés dans Rouen pour fêter la dernière nuit dans un bar.

En conclusion, je voudrais réaffirmer qu’il s’agissait d’un Erasmus+ Youth Exchange extraordinaire. Nous avons pu discuter de sujets sérieux tels que le terrorisme et la discrimination tout en analysant les causes comme l’exclusion sociale. De plus, j’ai pu me faire des amis dans toute l’Europe, je tiens donc à remercier les organisateurs et l’OFCI pour cette semaine incroyable.