OFCI-Cultures-Europennes-Mobile-Banner

Quand on pense à Erasmus+, l’opportunité d’étudier à l’etranger, de faire la fête, et de découvrir de nouvelles cultures, sont toujours les premières choses qui viennent à l’esprit ! Mais Erasmus+ signifie bien plus que ça.

En effet, le programme soutient de nombreux secteurs: de l’enseignement à la recherche, en passant par le sport, et offre des subventions pour de nombreux types de projets, y compris certains qui ont portés sur le développement de jeux vidéo… Dans cet article, l’OFCI souhaite vous parler du jeu “Spirit of Europe – Origins” développé dans le cadre d’un de ces projets.

Résultat d’un Erasmus+ KA2, un type de projet qui vise à l’innovation dans le secteurs de l’éducation et de la jeunesse, “Spirit of Europe” est le premier jeu AAA financé dans ce cadre. Le jeu est disponible gratuitement sur les plateformes de STEAM et Itch.io, mais il peut également être téléchargé en dehors de ces plateformes. Dans ce cas-là, il n’est pas possible de recevoir les mises à jour automatiques.

Spirit-of-Europe-Battle

“Spirit of Europe” est décrit comme un jRPG ludo-éducatif, c’est-à-dire un jeu de rôle japonais, et même s’il n’est pas du tout japonais, c’est un jeu de rôle qui fonctionne traditionnellement au tour-par-tour. Le jeu offre plus de 15 heures de durée de vie, 58 unités de combat avec plus de 50 capacités uniques, 13 niveaux uniques et plus de 20 quêtes. L’objectif général du jeu est d’apprendre aux joueurs l’histoire européenne en les plongeant dans un récit historique divertissant et réaliste, ainsi que de diffuser les valeurs de l’Union Européenne, par exemple la paix entre les peuples et l’inclusion de toutes et tous.

Mais concentrons-nous sur les choses plus concrètes ! De quoi s’agit-il au fond ?
Ce jeu solo, mais qui nécessite une connexion internet, se déroule dans deux sphères qui se superposent: celle des esprits, où des esprits bons et mauvais luttent pour posséder la conscience humaine, et celle du monde matériel, dans laquelle le joueur doit découvrir l’histoire en dialoguant avec les autres personnages humains. La transition entre les deux sphères apportant une touche de fantaisie et d’originalité qui rappellera “Beyond: Two Souls” à ceux qui y ont joué.

L’aventure débute en Grèce antique, puis nous transpose dans l’âge d’or romain avant de nous raconter sa chute et le chaos qui s’ensuivit pour nous faire voyager à la découverte du Moyen Âge et de la Renaissance européenne du XIVème siècle. Le joueur devient la main invisible à l’origine des évolutions historiques en Europe. Recrutez des troupes et combattez dans les batailles que vous avez étudiées à l’école, gagnez des points d’influence pour prendre possession du corps de personnages historiques et devenez les témoins de la construction de grands monuments très célèbres.

Spirit-of-Europe-Carte

Pour accomplir certaines actions, le joueur peut permettre à l’esprit de prendre le contrôle des 240 Personnages qui peuplent l’environnement du jeu si certaines conditions sont remplies. Qu’il s’agisse d’un simple roturier ou d’une grande figure de l’histoire, le joueur peut leur permettre d’interagir entre eux. Ces interactions se limitent, malheureusement, pour le moment, à nettoyer l’esprit du personnage, de prendre possession de son corps, de se déplacer dans l’environnement et de parler avec d’autres personnages pour faire avancer l’histoire. Tout au long du jeu, l’esprit du joueur rencontrera des démons qui doivent être battus et permettent de collecter des Soul Shards (le terme vous rappellera sans doute le jeu Diablo 3 et avec un peu d’imagination Dark Souls). Il est possible de débloquer et de recruter des unités de combat avec ces Soul Shards. Pour chaque démons qui est battu, vos unités gagnent également des points expérience et lorsqu’elles atteignent des niveaux supérieurs, leurs dégâts, points de vie et de mana sont augmentés.

Le jeu vient d’être publié. Il est loin d’être parfait, même pour un jeu gratuit. De nombreux défauts peuvent être listés comme le curseur de la souris, une difficulté mal dosée, des instructions pas très claires au début du jeu, des boutons mal placés ou confus, uniquement en anglais et aucune traduction prévue. Toutefois de nombreuses mises à jour vont avoir lieu afin, on l’espère, de pouvoir remédier à tout cela. On regrette également que les différentes unités débloquables et les différents ennemis du jeu soient tous visibles dès la phase de tutoriel du jeu, cela enlève un peu l’envie de partir à la découverte du contenu. Nous vous invitons malgré tout à vous lancer dans cette aventure, vous n’avez rien à perdre puisqu’après tout le jeu est gratuit et cette initiative mérite d’être soutenue !

0 commentaires

Soumettre un commentaire