Voici le second volet de la série en deux parties sur Brexit. Dans l’article précédent, Joshua Aghadiuno a traité de l’histoire du processus du Brexit, en examinant la chronologie des événements et les différentes formes du Brexit. Dans cet article, nous essaierons de comprendre pourquoi les gens veulent le Brexit et quels sont les impacts potentiels pour le Royaume-Uni, l’Europe et des associations comme l’OFCI.

Selon moi, les deux principales raisons pour lesquelles le “leave” – et donc le Brexit- a remporté le référendum sont le désir d’indépendance sur le droit communautaire d’une part, et sur la liberté de circulation d’autre part. Le sentiment dominant au Royaume-Uni est que l’Europe a une trop forte influence sur les lois et réglementations britanniques, en raison de l’établissement par l’UE de tarifs commerciaux et d’autres directives, ainsi que de la suprématie de la Cour européenne des droits de l’homme. La Grande-Bretagne a une fière histoire d’indépendance à l’égard des “régimes étrangers”, par conséquent, la plupart des Britanniques hésitent à céder des pouvoirs qui appartenaient traditionnellement à Westminster à Bruxelles ou à Strasbourg, . De même, en tant que nation insulaire, la Grande-Bretagne n’a pas été particulièrement réceptive à l’immigration en provenance des pays voisins et le traité de Maastricht a été vivement critiqué par des personnalités de toutes les tendances politiques du Royaume-Uni. Pour les partisans du “leave”, le contrôle des frontières devrait être la prérogative de l’État souverain.

L’un des effets potentiels de Brexit serait la déstabilisation de l’Irlande du Nord. Avec un passé de violence sectaire, l’UE a joué un rôle déterminant dans l’accord du Vendredi Saint qui garantissait qu’il n’y aurait pas de frontière entre l’Irlande du Nord et la République d’Irlande. Dans l’éventualité où la Grande-Bretagne quitterait l’UE, elle a soulevé la question de savoir si cela nécessiterait ou non la création d’une frontière entre les deux nations. En réponse à cela, Theresa May a proposé un “backstop” dans lequel l’Irlande du Nord aurait quelques différences réglementaires avec le reste du Royaume-Uni afin de maintenir la frontière entre les deux pays ouverte. Cependant, les loyalistes d’Irlande du Nord s’y sont opposés, considérant que le filet de sécurité pourrait les éloigner de la Grande-Bretagne continentale.

Les implications économiques finales du Brexit restent inconnues, même pour les principaux économistes. Certaines multinationales réduisent leurs activités en Grande-Bretagne, notamment les constructeurs automobiles Nissan et Jaguar-Land Rover qui ferment des usines en Angleterre en raison des inquiétudes liées au Brexit. Toutefois, certaines entreprises britanniques sont plus optimistes, la franchise de pub Wetherspoons prévoyant des coûts d’exploitation plus faibles en cas de Brexit dur, promet des prix plus bas. Je suis d’avis que les effets de tout le Brexit ne peuvent être connus car il s’agit d’une situation sans précédent.

Pour le reste de l’Europe, je pense qu’il est d’un intérêt mutuel que des relations économiques fortes suivent Brexit. Le Royaume-Uni est l’une des plus grandes destinations des exportations de l’Europe continentale, de sorte qu’une coopération continue est essentielle à la prospérité entre le Royaume-Uni et l’Europe. Je pense que la coopération internationale est une condition sine qua non de la civilisation moderne. Des programmes tels qu’Erasmus+ et l’Agence spatiale européenne ont été si importants qu’il est inévitable qu’ils se poursuivent dans une certaine mesure. J’espère qu’une agence équivalente à Erasmus+ sera créée afin que les ressortissants britanniques puissent participer à des échanges de jeunes et à des formations à l’étranger. J’espère que cela sera positif pour l’OFCI, qui continuera à pouvoir travailler avec des partenaires et des bénévoles britanniques.